... au Coeur de la Création 

CréaCoeur Libre

Blog


afficher :  plein / résumé

Accepte

Publié le 3 décembre 2016 à 15:35

Tout ce que tu vis Est ce que tu es,

A la fois lumière et obscurité.

Des coups, des larmes, des cruautés…

La trahison, la fraternité, la loyauté,

La lâcheté, l’honnêteté ou la fausseté…

La liste est longue et d’éternité.


Tous ces « je » depuis que tu es né,

Sont en toi, tracés, destinés…

A toi juste de les accepter,

Comme faisant parti de ton humanité.

A toi juste de les transcender,

En reconnaissant enfin qui tu es.


Un être divin incarné,

Venu apporté toute sa beauté,

Mettre en lumière ses ombres cachées,

Pour enfin retrouver son entièreté.


Cesse de juger ce monde, sa dureté.

Qui est le fruit de ta propre dualité.

Car en réalité tu le sais, rien est séparé,

Les bons, les méchants, les damnés.

Le futur ou les temps passés…

Tout est déjà écrit et sur-joué.


Alors accepte juste qui tu es.


Va vers tes peurs, cesse de les rejeter,

Regarde ce qu’elles ont à te révéler.

Des parts de toi qui se sont égarées,

Te demandant enfin de les aimer.


Alors accepte juste d’être qui tu es.


Accueille avec ton cœur, sans te juger,

Toutes tes blessures, ces plaies acérées.

Il est là le monde à sauver…

Ce corps meurtri à consoler…


Vous êtes tous des êtres écorchés,

Cherchant à tout prix la félicité,

Mais en fuyant vos propres difficultés,

Tous vos trésors d’ombres inavoués.


Alors Accepte juste d’être qui tu es.


Sans fioriture, ni autres faussetés,

Mais bel et bien ici incarné,

A chaque geste, chaque pensée,

Accepte juste d’être qui tu es.


Et rayonne ton chemin de vérité,

Celui d’avoir retrouvé…

Le chant de ta destinée,

La source de ton éternité.

Ouvre

Publié le 3 décembre 2016 à 15:30

Ouvre tes yeux,

Sur ce merveilleux,

Ces pépites des cieux,

A l’odeur délicieux,

Au touché malicieux!


Ouvre ton Etre,

Laisse tomber les paraître,

Tes doutes, ses peut-être,

Sois sûr de renaître,

Après chacune de tes pertes!


Ouvre tes bras,

A cette vérité là,

Ce bonheur sans tracas,

Que tu Es éclat,

Un joyau de l’au-delà!


Ouvre ton Cœur,

Et fais-y ta demeure,

Que la souffrance s’y meure,

Éloignant toutes ses peurs,

Et fait Joie tes malheurs!


Souris, ris,

Sans soucis,

Avec frénésie,

Vogue mon ami,

A l’éternelle envie,

De semer l’Amour infini!

Ce bonheur intense avec la joie pour amie!

Sois un amoureux de la lumière de vie!

Souffrance

Publié le 3 décembre 2016 à 15:30

La blessure est vorace et s’accapare

Chaque parcelle de mon art.

Dédicace intemporelle,

Invisible d’ici et pourtant si charnel…

Je te remercie, attrayante souffrance,

De remplir si bien mes pages blanches.


Profonde et tenace,

Tu alimentes mes actes,

Ne laissant en apparence aucune trace,

N’oublions pas très chère notre pacte :

Celui où l’on a inscrit,

Que dès les départ nous serions unies.


Injuste supplice cicatrice,

Epuisante actrice de ma matrice…

Tu as conquis, petit à petit, ce que je suis,

D’être ton éternelle amie…

Vicieuse confidente, tu me voles et m’envoles,

Dans ta partition sans bémol.


Finalement, on s’attache,

A cette profonde entache,

Que même l’amour, soit disant,

Puissant dissolvant,

N’arrive à peine, ne serait-ce un millième,

A estomper ce poison de mes veines.


Ça hurle, ça crie, la blessante

Trace que tu me hantes

Tant de tenir en urgence

Dès que l’envie se fait pressante,

D’enfin en finir

Avec ce que tu me fais subir.


C’est alors que j’aperçois que la lutte est inutile,

Car l’ennemie est si fragile,

Petite fille désarmée…

Qui supplie tant d’être aimée,

Pour qu’enfin la douleur de sa venue

Soit désormais entendue.


Je dois alors te pardonner,

De ne pas t’avoir plus tôt aimée

Et admettre cette vérité inavouable,

Que l’ennemi, ce maudit diable,

N’était en fait pas toi,

Mais l’unique auteur de cette vie…moi.


Subtile doublure de mon être,

Je te donne le droit de disparaître, de renaître,

En reconnaissant enfin qui tu es,

Précieuse entité, toi aussi bloquée,

Dans le scénario de mes pensées,

Vraiment je te le promets, va en paix…


Et si un soir, tu désires me revoir,

A mes côtés, tu pourras t’asseoir,

Un instant, sans rester bien tard…

Histoire de nous rappeler nos égards,

Et surtout ce choix certain que j’ai fait,

Que toi et moi, à jamais, c’est terminé.

Renouveau

Publié le 3 décembre 2016 à 15:25

Le film est bel et bien terminé,

Et confortablement installé,

Tu regardes les rôles que tu y as joué.

Tu comprends sans un mot, tout le scénario,

Ses acteurs, ses héros, plus ou moins beaux.


Alors maintenant que fais-tu?

Revoir les passages déjà vus et revus?

Ou ouvrir grand la porte à l’inconnu?


Personne ne te dira où aller,

Ni prendra ta main pour te lever.

Toi seul décide, en cet instant, de ta destinée.


Oui je sais, on peut décider au final de se retirer.

Faire semblant de croire que tout est déjà joué…

Mais au fond de toi, tu connais bien la vérité.


Celle de ton cœur de diamant.

Te murmurant ce lointain serment,

Ce rappel sans faux-semblant.


Alors apporte ta rime à ce monde!

Inonde-le de toutes tes ondes!

Vibre à la joie profonde,

D’Œuvrer à chaque seconde.

En retrouvant en toi les clefs,

Des univers sacrés d’éternité.


Puis déploie tes ailes sur cette terre!

Sur tous ses champs de poussières!

Enchante les océans de ta lumière!

Rayonne au-delà des hautes sphères!

Qu’il n’y ait plus de vide sous tes pas,

Marche sûr, au-dessus de tous trépas.


Et laisse couler en toi doucement,

Les flux divins du firmament.

Au-delà des vieux ressentiments…

Laisse-toi devenir grand!


Il n’y a plus à comprendre comment,

Sois juste ton propre changement!

Un autre film a commencer,

L’as-tu seulement remarqué?


En conscience, désormais, tu le sais,

Tu ne pourras plus jamais t’égarer…


Alors que décides-tu d’y apporter?


Rss_feed