... au Coeur de la Création 

CréaCoeur Libre

Blog

Souffrance

Publié le 3 décembre 2016 à 15:30

La blessure est vorace et s’accapare

Chaque parcelle de mon art.

Dédicace intemporelle,

Invisible d’ici et pourtant si charnel…

Je te remercie, attrayante souffrance,

De remplir si bien mes pages blanches.


Profonde et tenace,

Tu alimentes mes actes,

Ne laissant en apparence aucune trace,

N’oublions pas très chère notre pacte :

Celui où l’on a inscrit,

Que dès les départ nous serions unies.


Injuste supplice cicatrice,

Epuisante actrice de ma matrice…

Tu as conquis, petit à petit, ce que je suis,

D’être ton éternelle amie…

Vicieuse confidente, tu me voles et m’envoles,

Dans ta partition sans bémol.


Finalement, on s’attache,

A cette profonde entache,

Que même l’amour, soit disant,

Puissant dissolvant,

N’arrive à peine, ne serait-ce un millième,

A estomper ce poison de mes veines.


Ça hurle, ça crie, la blessante

Trace que tu me hantes

Tant de tenir en urgence

Dès que l’envie se fait pressante,

D’enfin en finir

Avec ce que tu me fais subir.


C’est alors que j’aperçois que la lutte est inutile,

Car l’ennemie est si fragile,

Petite fille désarmée…

Qui supplie tant d’être aimée,

Pour qu’enfin la douleur de sa venue

Soit désormais entendue.


Je dois alors te pardonner,

De ne pas t’avoir plus tôt aimée

Et admettre cette vérité inavouable,

Que l’ennemi, ce maudit diable,

N’était en fait pas toi,

Mais l’unique auteur de cette vie…moi.


Subtile doublure de mon être,

Je te donne le droit de disparaître, de renaître,

En reconnaissant enfin qui tu es,

Précieuse entité, toi aussi bloquée,

Dans le scénario de mes pensées,

Vraiment je te le promets, va en paix…


Et si un soir, tu désires me revoir,

A mes côtés, tu pourras t’asseoir,

Un instant, sans rester bien tard…

Histoire de nous rappeler nos égards,

Et surtout ce choix certain que j’ai fait,

Que toi et moi, à jamais, c’est terminé.

Catégories : Aucun